• contact@amaconseils.com
  • (+33)6.74.52.85.43

Tag Archives: c’est Possible !

  • 1
L'art de Prospérer dans le Commerce de la Photographie, un recueil de 35 articles du blog Million Dollar Photographer, par Bradford Rowley

Les Articles de Bradford: Article 2. Vous ne pouvez pas gagner d’argent dans la photographie !

Tags : 

Les Articles de Bradford

( 2ème Article )

Nous sommes ravis de vous annoncer que nous avons eu l’accord de Bradford Rowley de pouvoir traduire l’intégralité de ses articles de blog, en Français, pour Vous … 🙂 L’objectif de ces articles est de vous inspirer, de vous rendre accessible les conseils d’une personne qui continue à développer son entreprise et qui prodigue d’excellents conseils de ventes, mais pas que… Des Conseils qui ont très bien fonctionné pour lui, et qui peuvent tous nous amener à réfléchir =) Vous retrouverez, semaine après semaine, traduit par l’équipe d’AMA Conseils, chacun des articles publiés par Bradford, sur son blog : http://www.milliondollarphotographer.com/.

2ème Article: Vous ne pouvez pas gagner d’argent dans la photographie.

 » Après quelques années à prendre des risques en ouvrant un second studio de photographie, j’ai décidé de partir de la Californie ou j’avais vécu la plus grande partie de ma vie, pour m’installer sur la côte Est (des Etats-Unis) et me rapprocher de notre nouveau lieu, en périphérie immédiate de New York.

Nous nous sommes installés dans une maison bien plus spacieuse que ce dont nous avions besoin, pour sûr, une maison disposant de six chambres, neuf salles de bain, sur une propriété d’un hectare dans la petite commune de New Canaan dans le Connecticut.

En 2013, New Canaan a été classée cinquième ville la plus riche des Etats-Unis par CNN et en 2008, l’année où nous avions déménagé, le revenu moyen par ménage était le plus élevé du pays selon Money Magazine. La ville de New Canaan est remplie de cadres et de banquiers de Wall Street. Ce n’est pas exagéré de dire que 90% des résidents se déplacent pour Manhattan tous les jours et que plus de 90% de ces personnes travaillent dans la finance.

Un matin d’automne, je marchais dans notre allée pour aller chercher le courrier du jour. Un vieux monsieur, l’un de nos voisins, marchait sur la route avec son chien et nous avons commencé à discuter. J’ai appris qu’il avait dirigé une des plus importantes maisons d’édition à Manhattan. Puis il m’a demandé dans quelle entreprise je travaillais. Je lui ai alors répondu: “Je ne travaille pas pour une entreprise. Je suis photographe”.

Je revois encore son visage hébété et son regard confus. Cela n’avait pas de sens, pour lui… Les photographes ne gagnent pas beaucoup d’argent et certainement pas assez pour vivre là où nous vivions. Il ne savait pas quoi dire, il secoua la tête de haut en bas, le sourcil levé, avec un “Ooh” d’expression. Rapidement, la discussion s’est terminée, et nous nous sommes souhaité une bonne journée. J’ai encore vécu cette expérience depuis, sous différentes formes, avec différentes personnes, dans différentes occasions.

C’est sûr, la vérité c’est que le revenu moyen d’un photographe professionnel aux Etats-Unis est à peine au dessus de 30000$ /an, avec beaucoup de difficultés pour y arriver. Je le sais.  J’ai connu cela. Au début de ma carrière, j’ai cumulé 4 emplois pour joindre les deux bouts. J’ai supplié les entreprises des services publics pour avoir des délais de paiement plus importants. Je suis même passé par une embarrassante faillite. Je pensais alors la même chose que mon voisin et que l’opinion générale des gens : “Les photographes ne gagnent pas d’argent”.

Malheureusement, la plupart des photographes pensent la même chose et se sont résignés à cette idée. Après la publication de mon dernier article: “L’air du portrait est révolu” j’ai reçu quelques commentaires de lecteurs tel que: “Qui fait aujourd’hui des millions de dollars en photographie?” “Je doute fort qu’il fasse des millions avec juste des portraits muraux”, “Pour moi, on parle d’une passion, pas d’un métier avec un salaire”.

Mais pourquoi ne pas avoir et sa passion et un métier où l’on gagne de l’argent ?

POURQUOI NE PAS AVOIR LES DEUX ?

Quelque part au cours de mes propres luttes, j’ai appris comment devenir une entreprise légitime, et j’ai découvert que la photographie pouvait non seulement être une récompense émotionnelle, mais que financièrement, c’était l’un des secrets les mieux gardés au monde. J’ai des amis qui sont Photographes, et qui font plus d’argent dans la photographie que certains des joueurs de basket de la NBA pourraient le faire. Au delà des avantages financiers, la liberté procurée est incroyable.

Je vois la plupart de mes voisins prendre leur train le matin à 06h30, sans rentrer chez eux avant 19h00 jours après jours après jours. Je dirige mon studio pour y être 3 jours par mois (plus de détails dans les prochains articles) et je profite d’une énorme quantité de temps libre pour voyager et passer du temps avec ma famille.

Si vous avez le rêve de devenir photographe professionnel, Foncez !!

Ne laissez personne vous dire que vous ne ferez pas d’argent dans cette profession.

Je continue à repenser à cette journée ou j’ai failli tout laisser tomber et prendre un « boulot lambda » avec un salaire de 36000$ par an. Je me suis à maintes fois demandé ô combien différente serait ma vie aujourd’hui, si j’avais pris ce travail.

Mais … Si votre rêve est de devenir photographe, vous ne devez pas agir comme si c’était qu’un simple passe-temps. Vous devez être sérieux et apprendre à devenir un homme d’affaire avisé. Vous devez être aussi passionné par l’apprentissage du business que vous l’êtes pour l’apprentissage des compétences techniques en photographie. La plus grande erreur que je vois chez les photographes est qu’ils sont capables de dépenser tout leur argent (et leur temps) dans de nouveaux équipements et dans les derniers logiciels, etc… . Oubliez tout ça ! Ce sont des distractions, et la plupart ne sont pas nécessaire pour devenir un bon photographe. Dans les premières années de mon activité, la seule chose que j’utilisais était un appareil photo avec une lentille unique que j’avais acheté à Tijuana, au Mexique. Et …pendant 27 ans et avec plus de 20 000 clients, j’utilisais aussi un seul type de fond… (Oui, vous avez bien lu, et je vous expliquerai pourquoi plus tard dans mes prochains articles).

Il y a des années, quand Don Burrell (propriétaire de Burrell Couleur Labs) s’est envolé avec une centaine de ses clients aux Bermudes pour 4 jours de « workshop », il fut organisé des conférences sur la photographie, sur de nouveaux logiciels, et sur les stratégies commerciales, suivies par un temps de Question / Réponses en table ronde. Ce qui était le plus intéressant, c’est que pendant les 90 minutes de cette table ronde,  toutes les questions étaient adressées uniquement sur les techniques photographiques, tandis que ceux qui avaient enseigné les stratégies d’entreprises n’avaient aucune question qui leur était adressée. J’ai vu ce schéma se répéter maintes et maintes fois dans les conventions de photographes.

Les photographes sont plus avides d’avoir des conseils sur leur technique et sur leur matériel que d’investir pour développer leur entreprise.

Tant que les photographes investiront plus en équipements et technologies que dans la compréhension de leur entreprise… Aussi longtemps qu’ils passeront plus de temps à jouer sur photoshop que de lire des ouvrages de management à succès ou d’apprendre d’émissions tournées sur la manière d’entreprendre comme « Le Profit » sur CNBC, le revenu moyen des photographes ne dépassera probablement pas les 30000$ de revenu annuel.

Pour ceux au contraire qui donneront à leurs stratégies d’entreprise la même attention qu’ils pourraient le faire pour les dernières tendances à la mode en photographie et en équipement, et qui auront la volonté de prendre action suite à ce qu’ils auront appris , le potentiel de réussite est sans limite.

Bradford Rowley

Lire l’Article précédent de Bradford, traduit par AMA Conseils, c’est ici : http://amaconseils.com/les-articles-de-bradford-article-1_lepoque-du-portrait-est-revolue/

Autorisé par © 2016 Bradford Rowley. Tout droits réservés. ©traduit en français par AMA Conseils

AMA Conseils : Formations et Coaching en Marketing, Ventes et Développement Commercial pour les professionnels de l’Image : photographes et vidéastes.


  • 0
Tony Hsieh de Zappos, Une de mes inspirations. Un entrepreneur qui souhaite créer une entreprise du bonheur, et qui respecte autant ses collaborateurs que ses clients, Yes We Can !! :)

Créez votre entreprise du bonheur!

Tags : 

Depuis plusieurs années, PhotoCoach est présent en Europe avec pour mission principale d’aider les photographes professionnels dans leur quête vers le succès dans leur entreprise. Depuis 2012, une équipe s’est formée : PhotoCoach International. Cette équipe est désormais composée d’André Amyot, de PhotoCoach International, de Marie-Astrid Agasse, de Ama Conseils, et de Joël Seguin au Canada.

Notre mission: Aider les photographes à faire de leur passion une entreprise rentable en mettant en commun nos compétences complémentaires, nos nombreuses expériences et nos champs d’expertises.

Ainsi qu’André l’a mentionné lors de son dernier article : « PhotoCoach et son avenir », je me suis engagée auprès d’André à assurer une continuité des actions PhotoCoach en Europe, à partir du mois d’Avril 2016 et à continuer à faire connaître les valeurs, les idées et les outils de PhotoCoach pour les années à venir.

Mais c’est bien sûr toujours en équipe que nous continuerons, tous les trois, à vous apporter inspirations, conseils et idées pour vos entreprises respectives !

Aujourd’hui, je souhaitais partager avec vous un extrait du livre de Tony Hsieh: l’entreprise du bonheur et vous invite à votre tour à créer une entreprise du bonheur …

Please enter panel heading
Je déteste aller à des évènements pour simplement entretenir mon réseau professionnel. Dans presque toutes ces rencontres, il semble que le seul but soit de nous promener dans une salle et d’échanger des cartes de visites dans l’espoir que quelqu’un nous aidera à faire fructifier nos affaires et que nous pourrons aider ce quelqu’un à faire fructifier les siennes. De manière générale, j’essaie d ‘éviter ce genre de rencontre et je n’ai que rarement des cartes de visite sur moi. Je préfère nouer des relations avec des individus comme tels, sans savoir quelle place ils occupent dans le monde des affaires ni même s’ils côtoient le monde des affaires. Je suis convaincu que tout le monde à quelque chose d’intéressant à dire. Il faut seulement découvrir ce quelque chose. Du reste, j’ai appris qu’il est plus intéressant de tisser des liens avec des gens qui n’appartiennent pas au monde des affaires, d’abord parce qu’ils nous apportent presque invariablement des points de vue et des pistes de réflexion uniques, ensuite parce que ces relations sont généralement plus authentiques. Le plus ironique, c’est que si vous vous intéressez sincèrement à la personne que vous rencontrez dans le but de vous lier d’amitié avec elle et non d’en soutirer quelque chose, il arrive presque toujours que ce genre de relation finisse, un jour ou l’autre, par vous procurer des avantages sur le plan professionnel ou personnel. J’ignore comment et pourquoi cela se produit, mais je sais que les avantages de connaître une personne sur un plan personnel se révèlent pleinement deux à trois ans après le début de notre relation avec cette personne. Et ces avantages proviennent généralement de circonstances qu’il nous était impossible de prédire au moment où nous avons amorcé cette relation. Il se peut par exemple, que le voisin de la sœur de votre ami vienne d’être élu président d’une entreprise avec laquelle vous essayez d’établir un contact, ou encore que la personne que vous avez rencontrée il y a deux ans joue au tennis avec une femme qui semble faite pour le poste que vous voulez pourvoir depuis 6 mois. Zappos.com existe depuis maintenant 10 ans. Nous sommes passés d’un chiffre d’affaire nul en 1999, à un chiffre d’affaire brut de plus d’un milliard de dollars en 2008. Si on repense aux jalons qui ont marqué l’histoire de notre entreprise, il semble que nos principales avancées aient été dues à la chance. Il s’est passé des évènements que nous n’aurions jamais pu prédire, mais qui résultait de relations que nous avions nouées deux ou trois années plus tôt. Voilà pourquoi je vous conseille de cesser de faire du « networking », dans le sens où on l’entend habituellement, et d’essayer simplement de nouer et d’approfondir des relations au seul profit de l’amitié. Plus vos amis viennent de couches sociales différentes, plus ils sont susceptibles d’enrichir votre vie personnelle et professionnelle à long terme. Vous ne saurez jamais exactement comment ils l’enrichiront, mais vous vous apercevrez que, si vous avez forgé avec eux des amitiés authentiques, celles-ci porteront leurs fruits comme par magie, deux à trois ans après votre rencontre. ».

Cet Article de Tony Hsieh m’a ouvert les yeux sur l’importance de communiquer avec l’Autre sans jugement, sans présomption, sans arrières pensées. Dire bonjour 🙂 , échanger avec des inconnus dans la rue, sourire dans un métro, sont pour moi autant de chances pour partager un moment unique avec une personne unique : un être humain que je viens de rencontrer, avec ses expériences, son histoire, ses joies et ses blessures, ses interrogations et ses désirs.

En tant que photographes, vous avez la chance et le privilège de porter vos regards sur des couples, des familles et des personnes, à un moment précis de leurs vies.

Vous avez la possibilité de créer des relations humaines avec chacun de vos clients, de les accueillir pour ce qu’ils sont, sans jugement, de les aider et les guider pour répondre au mieux à leurs besoins.

En vous mettant à l’écoute de chacun de vos clients, en essayant de vraiment comprendre leurs souhaits et leur projet photographique, vous vous mettez au service de vos clients. Cette démarche, sans pression d’achat, vous permet aussi de vous différencier. Vous cherchez d’abord à bien comprendre les besoins et les envies de cette personne qui vous contacte, vous vous intéressez à son projet et lui proposez les solutions qui vous semblent convenir le mieux à sa demande.

Si par contre, vous n’êtes pas en mesure de les aider, vous leur proposez d’autres solutions ou les référez à d’autres collègues, plus en mesure de les accompagner!

En échangeant avec l’Autre, en essayant de bien comprendre ses attentes, en vous intéressant à cette personne pour ce qu’elle est, et non pour ce qu’elle pourrait hypothétiquement vous rapporter, vous créez une relation unique d’échange, de confiance et une relation humaine avec chaque personne qui vous contacte. Cette vision des choses dans votre travail quotidien, en répondant à toutes les demandes de vos clients, vous permettra de développer non pas des relations d’entreprise, mais des relations humaines avec les personnes que vous devrez photographier. Vous créez ainsi vous aussi, une entreprise du bonheur : en donnant du bonheur à chaque personne rencontrée, en faisant en sorte qu’elle se sente unique au monde vous recevrez, vous aussi, énormément de ces échanges.

Une citation d’Antoine de St Exupéry peut vous aider à tenir dans cette démarche :

« On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux »

N’est ce pas justement là le rôle du photographe ? De rendre visible l’invisible ? De montrer, avec une image, et sans un mot, ce qui est invisible ? De rendre possible la conservation d’une émotion vécue à un instant donné ?!

Et tout cela est possible grâce à une écoute entière et une compréhension de vos sujets photographiés, dès le premier contact…

Quel beau challenge au quotidien!

Les résultats sont étonnants, et n’ont pas besoin de 2 ou 3 ans pour se manifester !

Vous souhaitant beaucoup de succès, avec le sourire 🙂

Signé AMA. 🙂 😀


Curieux ou intéressé par notre travail? Contactez-nous pour en savoir plus!